La boule de fort,

un jeu traditionnel

Inventé sur les bords de Loire, la Boule de Fort est un jeu original, qui conjugue convivialité, concentration et habileté. Issu du patrimoine ligérien, il est inscrit sur la liste de l'Inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel de la France, en vue d'être reconnu à l'UNESCO. 

Il était une fois... 

Les origines de la boule de fort appartiennent à la légende : pour les uns, ce serait des bateliers de la Loire qui auraient joué dans leurs gabares vides, ce qui est impossible à cause des membrures des bateaux. Pour d'autres, ce seraient des prisonniers, soit de l'époque des Plantagenêt, soit de la Révolution, qui lançaient leurs boulets de forçats dans les chemins creux pendant leurs temps de pause : jolie histoire poétique, encore impossible car ils auraient dû casser leurs chaines, et dans ce cas, plutôt s'enfuir que rester prisonniers. 

L'hypothèse actuelle est que le jeu ait été inventé par des paysans qui lançaient des billes en bois usées d'engrenage de moulins à vent dans des chemins creux pour s'amuser. En se promenant du côté de Mazé, centre historique de ce jeu, on peut découvrir nombre de ces charmants chemins creux, et les billes de moulins expliquent les côtés forts et faibles de la boule de fort. 

Ce jeu s'est vraiment développé au cours du XIXe siècle, dans les sociétés d'hommes qui fleurissaient partout en Anjou : ils se sont appropriés ce passe-temps qui avait un véritable rôle dans la sociabilité de l'époque. 

Le jeu a évolué au XXe siècle : la création de challenges dès 1906 a conduit à la création de la Fédération des Sociétés et des Joueurs de Boules de Fort de l'Ouest est fondée en 1907, pour homogénéiser les règles qui dépendaient de chaque société. 

Ce n'est qu'à partir des années 1970 que le jeu s'ouvre peu à peu aux femmes et aux enfants et adolescents, tandis que les challenges se multiplient. 

Notre société,
La Bonne Alliance
Les règles du jeu

Le principe du jeu est simple : il faut s'approcher le plus possible du maitre, cette petite boule blanche située entre deux niveaux clairement marqués sur la piste. 

Seulement, il faut prendre en compte plusieurs faits : la piste, qui mesure environ 20 mètres de long pour 6 de large, est légèrement concave, et on joue avec une boule de fort. Cette boule est soit en bois comme le cormier, soit en matière synthétique, et elle est ceinte de fer. Elle est plus lourde du côté "fort" que du côté "faible". Elle ne peut donc pas avancer de façon linéaire ! 

Tout l'intérêt du jeu consiste donc à penser à la trajectoire de la boule, en jouant sur la pente de la piste pour l'approcher du maitre. C'est une combinaison appropriée entre la trajectoire et la vitesse de la boule.

Une partie se dispute entre deux équipes, de deux ou trois joueurs. L'équipe gagnante est la première à marquer 10 points. Si l'une des équipes ne marque aucun point, traditionnellement elle doit "biser le cul de la Fanny" ou "aller à Brion". Une partie peut durer entre 1h30 et 3h, car chaque boule lancée peut très facilement prendre plus de 30 secondes. 

Les joueurs se divisent entre rouleurs et tireurs. Les premiers doivent faire rouler délicatement leur boule pour s'approcher le plus possible du maitre, tandis que les seconds doivent frapper violemment pour faire sortir les boules des adversaires. 

Cela dit, pas de panique ! Comme des générations de boulistes ont pu pratiquer ce jeu, chacun peut, s'il le souhaite, arriver à le jouer de manière honorable voire même excellente. 

La Boule de fort aujourd'hui

Notre société a été fondée en 1868, par un groupe d'ouvriers qui souhaitait avoir son propre local de boule de fort. En effet, il ne faut pas oublier que la société était très codifiée et que chaque caste sociale avait ses propres lieux de sociabilité. Ainsi, il y avait deux autres sociétés de boule de fort à Bouchemaine, l'une pour la patronale du village et l'autre pour les agriculteurs. 

Nous avons conservé les archives depuis la fondation, même si les plus intéressantes ne datent que de la deuxième moitié du XXe siècle, relatant la vie de la société, les joies des retrouvailles autour de la galette des rois, les travaux entrepris, les changements de présidents, mais aussi les amendes ou même les renvois pour les boulistes qui ne respectaient pas les règles de la société. 

Ce n'est qu'en 1993 que la piste est modernisée : jusque là, elle était en terre de Guédéniau, près de Baugé, et devait être roulée et humidifiée avant chaque partie. Cet entretien nécessitait la présence d'un concierge. La piste est donc entièrement refaite, une assise de béton maigre recouverte d'une fine couche de résine de 4 millimètres d'épaisseur, et sans joint de dilatation, ce qui demande un savoir-faire particulier. 

Finalement, notre société a été ouverte aux femmes en 1994, ainsi qu'aux jeunes.

 

Depuis, nous évoluons pour faire découvrir notre passion au plus grand nombre, avec notre société remise à neuf, notamment la piste, en février 2020. 

Notre société est communément appelée "La Grenouille", notre petit emblème facile à repérer. 

La boule de fort évolue peu à peu, ainsi que notre société, la Bonne Alliance. Dans le cadre des animations, de nombreux challenges sont proposés chaque année, permettant de découvrir les compétences des boulistes d'autres sociétés. 

Il y a les challenges officiels, comme le challenge départemental du Maine-et-Loire depuis 1993, ou le challenge junior, depuis 2002. 

Il y a aussi de multiples challenges privés, ouverts à tous les joueurs, comme le Robert et Marcel, ou "les biseux de cul". 

Et bien sûr, les challenges de secteurs, qui regroupent les sociétés par zone géographique. Dans ce cas, ce sont les différentes sociétés qui les organisent. Pour notre part, notre secteur Angers-Ouest comporte 11 sociétés, situées à Bouchemaine (3), Rochefort-sur-Loire, Saint-Aubin-de-Luigné, Denée, La Possonière, Epiré, Les Jubeaux, Savennières et Saint-Jean-de-la-Croix. 

La Bonne Alliance est donc aujourd'hui adhérente de la Fédération Française de Boule de Fort, auparavant la Fédération des Sociétés et des Joueurs de Boule de Fort de la Région de l'Ouest depuis 2000. La Fédération fait elle-même partie de l'Association Européenne des Jeux et Sports Traditionnels dans le but d'en inscrire les sports sur la liste du patrimoine culturel immatériel mondial de l'UNESCO. 

Dernière particularité de la boule de fort, elle a été inscrite en 2013 sur la Liste de l'Inventaire Français du Patrimoine Culturel Immatériel, et cela à trois reprises en l'espace d'un mois ! Ce petit détail montre l'attachement de trois sociétés très éloignées géographiquement (Saint-Nazaire, Châteauneuf-sur-Sarthe et Mazé), à quelque chose d'important pour eux, leur jeu, leur patrimoine. 

© 2020 par la Bonne Alliance.